Activité auto-entrepreneur - Siret 382 401 818 00036 - N° Formateur 93 06 06470 06 - Agréé DataDoc

  • Accueil
  • La pleine conscience au service du soin

Méditation de la pleine conscience


Support thérapeutique pour patients et soignants

En milieu hospitalier, sans doute encore plus qu’ailleurs, les sources de stress sont nombreuses. Les soignants sont continuellement confrontés à la souffrance des patients, à l’agitation des services, à un surcroit de travail, à la lourdeur des charges…  alors, il se peut qu’un questionnement existentiel apparaisse, accompagné d’une quête de sens et d’un besoin évident de trouver un espace de calme intérieur.


fotolia 213514717

La méditation
en milieu hospitalier

Depuis quelques dizaines d’années, la méditation a fait son apparition en occident.

Longtemps pratiquée par quelques adeptes qui suscitaient à la fois crainte et curiosité, la pratique de « la pleine conscience » est aujourd’hui reconnue comme une véritable pratique thérapeutique et elle reçoit ses lettres de noblesse en entrant par la grande porte dans le milieu hospitalier.

 

Aux Etats Unis, le professeur Jon KABAT-ZINN a ouvert la voie du milieu hospitalier, il yProfesseur Jon Kabat Zinn a plus de 30 ans, en fondant la « stress reduction clinic ».
Il est actuellement le directeur du « Center for Mindfulness in medecine, health care and society », et professeur de médecine à l’université du Massachusetts. Ce scientifique a créé et introduit la pratique MBSR (réduction du stress basé sur la pleine conscience) dans plus de 300 hôpitaux.

A Paris, Christophe ANDRE, médecin psychiatre à l’hôpital Ste Anne, utilise les techniques de la pleine conscience avec ses patients.

A Lyon, Vivianne BELLEOUD, médecin algologue, propose les pratiques de MBSR (réduction du stress fondée sur la pleine conscience) aux patients atteints de fibromyalgie et de douleurs neuropathiques.

A Meyzieu, à la clinique Lyon lumière, la méditation est utilisée depuis plusieurs années. Le médecin psychiatre et neurologue Frédéric ROSENFELD, interviewé par une journaliste du périodique « Ca m’intéresse » dit ceci : « On m’a débauché de mon ancien poste pour que je pratique la méditation dans la clinique, j’y enseigne la MBCT (thérapie cognitive fondée sur la pleine conscience) pour prévenir les rechutes dépressives et soulager les détresses psychiques. »

A Lille, au CHRU, plusieurs conférences ont eu lieu sur le thème de «  la pleine conscience ». Le médecin psychiatre, Dominique SERVENT, responsable de l’unité spécialisée sur le stress et l’anxiété, nous dit : «  nous avons adapté les techniques millénaires de la méditation aux contingences de la vie moderne. Elle est utile dans la majorité des problèmes de santé et un nombre croissant de patients viennent sur prescription de leur médecin traitant. »

Cet engouement est porté en France par quelques figures connues de tous, dont Mathieu RICARD qui après une thèse en génétique cellulaire, décide d’abandonner la voie des études scientifiques pour s’engager sur celle de la pratique méditative. Il écrit alors « l’art de la méditation », une réflexion sur l’essence et les moyens de transformation des processus psychiques.

Les techniques, de relaxation et de méditation sont inspirées des pratiques orientales, elles sont utilisées en tant que support thérapeutique pour les patients et dans le cadre du soutien des soignants.

Au journal de 20h, sur une grande chaine publique, un reportage rapporte que 50 % des arrêts maladie sont dus à une accumulation de stress. Les images suivantes montrent comment certains directeurs de grande société (banque et autre) ont mis en place dans leur établissement, une séance hebdomadaire de méditation, pendant 45’ dans le temps de travail. Les employés apprécient particulièrement ce temps de ressourcement et expliquent comment leur rythme de vie s’en trouve adouci tout en favorisant la concentration et le rendement.

Alors pourquoi pas à l’hôpital, lieu où le stress se vit au quotidien, dans la lourdeur des taches et la souffrance de la charge émotionnelle ?


La méditation de pleine conscience

Au cours de ces 2 journées, les participants apprennent à développer un état dit de “ Pleine conscience ” grâce à une série d’exercices dont l’observation des sensations physiques et la reconnaissance de la dynamique émotionnelle, tout d’abord de façon guidée puis de façon autonome et silencieuse. Dans le même temps, cette écoute permet de développer un ancrage dans la « réalité de ce qui est », « ici et maintenant ». Ces 2 actions conjointes prennent appui sur le souffle et libèrent l’esprit de ses habitudes délétères.


Les bénéfices de la pleine conscience

La méditation de pleine conscience permet de reconnaître et de respecter son propre ressenti et de fait améliore la qualité de communication au sein de l’équipe, avec les patients et leur famille.

Grace à ces exercices, il n’est pas question de créer un état de vide psychique, c’est au contraire une qualité d’être, dite de « pleine conscience », qui se déploie, instant après instant. Cet état de présence, permet d’éviter les réactivités au flot des évènements extérieurs, que ce soit dans le cadre professionnel, chez soi ou bien même au coeur de l’agitation environnante.

La présence dans le « ici et maintenant » se révèle naturellement, libre d’effort et de but à atteindre.

Une idée fausse concernant cet état de calme serait de l’assimiler à un état de vide qui couperait le pratiquant de ses émotions et du monde qui l’entoure. Bien au contraire, cette nouvelle façon de se relier à la réalité, apporte un sens plus profond de la proximité de tous les êtres et un sentiment de bienveillance naturelle accompagne ce cheminement de la conscience.


La méditation pour tous

A la différence de la relaxation qui vise le relâchement du tonus musculaire et du mental, la méditation implique au contraire une vigilance qui permet de développer une plus grande capacité de concentration.

Cette formation propose une série d’exercices simples et adaptés à tous, de manière à ce que chacun évolue dans le territoire intime de sa psyché (tout ce qui constitue le mental et ses processus), porté par l’action de la respiration, sur la base d’une posture assise et confortable.

Il ne s’agit pas de chercher à transformer le contenu de la psyché mais plutôt d’observer son fonctionnement de manière à avoir une action sur ses mécanismes erronés. L’action thérapeutique de la méditation prend effet grâce à la distance mise par le « moi je » par rapport aux mouvements incessants des pensées et des émotions qui apparaissent et disparaissent.

Lorsque l’esprit, trop préoccupé entre en « surchauffe » nous parlons d’agitation mentale. Cette cogitation, lorsqu’elle devient habituelle est à l’origine de l’insomnie et de mécanismes compensatoires. Elle constitue une source de stress qui évolue parfois vers des états anxieux, puis dépressifs, mettant en danger l’équilibre physique et psychique de la personne.


La méditation en toutes circonstances - Formation sur 2 jours

Au cours de ces 2 journées il convient de découvrir et d’expérimenter les fondements du « yoga » de l’esprit, techniques millénaires dont la force est de pouvoir s’adapter à tous. Le terme « yoga » signifie « entrainement », de cette façon l’esprit va donc s’entrainer à développer 2 qualités : celles de la concentration et celle du lâcher prise.
Appliquées au monde du travail ces qualités permettent d’aborder la réalisation des taches avec davantage de calme et de vigilance.
De retour chez soi, la pratique de la méditation durant 10 minutes, joue le rôle du sas de décompression. C’est aussi ce que je nomme la douche de l’esprit. L’attention, portée par le souffle, permet de calmer l’agitation du corps, de la parole et de l’esprit et ainsi le flux des pensées se ralentit, laissant la place à 10 minutes de vrai repos, 10 minutes de vacances méritées et nécessaires. Ce processus très simple constitue le meilleur allié pour une vie saine et équilibrée.

Au bout de quelques temps d’entrainement, les adeptes de cette approche pourront l’appliquer en toutes circonstances : dans le cadre professionnel, chez soi, dans les embouteillages, dans l’agitation d’une grande surface etc...

Comment demeurer calme quand tout s’agite autours de soi ?

« Il ne s’agit pas de chercher à échapper à la tempête,
mais d’apprendre à danser sous la pluie...»


Christophe André, psychiatre, appelle cela « l’art du changement non violent ».  Jon Kabat-Zinn, Dr en biologie moléculaire écrit : « Considérez le temps que vous consacrez à la pratique méditative comme un temps de présence à vous même, et qui peut transformer votre vie. »

Je rajouterais ceci : « L’existence étant constituée d’une continuité d’instants, c’est en transformant la qualité d’être dans l’instant que la vie se transforme. »

Formation 2 jours à la méditation

meditation et respiration

Des résultats
immédiats !

Méditation et respiration

Cette formation est une introduction à la pratique de l’entrainement de l’esprit. Les exercices respiratoires expliqués en détail sont suivis de leur mise en application directe. Cela permet un ancrage expérientiel sécurisant, puisque soutenu par un libre questionnement (temps d’échange nombreux), et une vérification constante de la bonne application des mouvements respiratoires. La respiration constitue le lien invisible qui relie le corps et la psyché, elle est le fondement des pratiques méditatives.

A la fin de cette formation, les participants sauront choisir et maitriser le type de respiration adaptée aux besoins du moment (respiration pour trouver le sommeil, pour dissiper l’anxiété, gérer les difficultés émotionnelles, se centrer sur un problème à dénouer, garder son calme dans une situation de stress...) Ils découvrent comment de nos jours, la respiration est un outil thérapeutique courant qui permet de développer le contrôle de soi. A utiliser dans les services lorsque l’agitation prend le pas sur la concentration, avant un acte difficile, face à un patient et une famille dans l’agressivité ou le désarroi, ou bien tout simplement pour récupérer un peu d’énergie en attendant qu’une réunion démarre.


Méditation et lâcher prise

Les participants sauront utiliser les mécanismes du « lâcher prise » pour stopper la cogitation mentale. Ils pourront retrouver un espace de calme intérieur malgré l’agitation environnante. Ils sauront, s’ils le désirent, mettre en place chez eux un espace et du temps consacré à la pratique quotidienne de la méditation.

  • Dés le début de séance, la présentation et le recueil des attentes des participants se réalisent sur la base d’une séance de relaxation.
  • Il n’est pas nécessaire d’avoir au préalable des connaissances sur la pratique méditative.
  • Les exercices alternent avec des temps de parole ou chacun est invité à partagé son questionnement. C’est sur ces échanges que se battit la trame du déroulement de la journée.
  • Les exercices respiratoires sont nombreux et servent de support à la méditation. Ils peuvent également être repris au cours de séances de relaxation.
  • Nous verrons aussi quelques exercices d’étirements pour faciliter la détente corporelle.
  • Certaines séances sont accompagnées d’un support musical, d’autres se réalisent dans le silence.
  • Certaines méditations se réalisent sur la base d’un support comme la respiration, la visualisation, l’observation des sensations, d’autres sans aucun support.
  • Des exercices de communication consciente permettent de reconnaitre de quelle façon utiliser les différents types de méditation dans le cadre des soins.
  • Des explications sont données sur les processus biologiques et les résultats des dernières études scientifiques mais l’accent est mis sur la pratique. En effet nous pourrions passer une journée entière à étudier les mécanismes de la psyché sans savoir pour cela comment avoir une action directe sur son fonctionnement.
  • De façon ludique, sous forme de jeu de rôle à trois, à la fin de la journée, les participants vérifient l’efficacité des exercices respiratoires et des déplacements de l’attention.
  • Un CD de méditation accompagnée, est offert  aux participants.
  • Un récapitulatif détaillé des différentes respirations est remis à chacun.

Programme d’une formation méditation

Première journée

 

Matinée

  • Méditation de la respiration en conscience. Présentation des participants et recueil de leurs attentes basé sur un exercice d’écoute (exercice à 2)
  • Exercices respiratoires abdominale à 2 afin d’observer et débloquer si nécessaire le muscle du diaphragme.
  • Explications sur quelques principes fondamentaux du système respiratoire et de l’influence du souffle sur le corps et la psyché.
  • Description et mise en place des différentes postures : au sol, sur une chaise, debout, en statique puis en mouvement. l’accent est mis sur l’aspect de détente corporelle et l’alignement du dos.
  • Le paysage de souffle : Premier exercice de respiration naturelle basée sur une inspiration et une expiration lentes, régulières, aisées et profondes.
  • Séance de méditation en posture assise, l’attention posée sur les sensations corporelles, suivie du retour et des questions éventuelles.
  • Mise en place de la respiration dite “ Nettoyante ”  suivie de la respiration du feu puis celle appelée respiration alternée. Chacune est abordée séparément puis dans la continuité. A utiliser dans les services lorsque l’agitation prend le pas sur la concentration, avant un acte difficile, face à un patient ou une famille dans l’agressivité ou le désarroi.
  • Exercices au sol de relaxation et de dynamisation.

Après midi

  • Mise en place du SCAN corporel nommé ainsi par J. Kabat-Zinn. Cette méditation permet de pénétrer et de demeurer dans un état de profonde relaxation physique et mentale. A utiliser chez soi en rentrant d’une journée chargée,  durant 10, 20 ou 30 minutes.
  • Quelques exercices pour vitaliser le corps en unifiant centrage et lâcher prise. Nous abordons là les notions d’enracinement, d’équilibre, d’évolution dans l’espace et de rythmique du mouvement (repères permettant de différencier rapidité et agitation).
  • La respiration reniflante, excellente pour la relaxation de la poitrine contractée, facilitant la respiration profonde. A pratiquer en quelques minutes en position assise (en présence d’autrui sans que cela se remarque, au cours d’une situation anxiogène, juste avant une prise de parole en public, pour développer la concentration au cours d’une réunion qui dure).
  • La respiration du corps tout entier : alternance de contractions et dilatations lentes, douces, et rythmiques, sur 10 cycles respiratoires, accompagnés d’une visualisation de la respiration cellulaire. Régénérant cet exercice se pratique aisément.
  • La respiration du sommeil, recommandée pour les personnes qui souffrent d’insomnie.
  • Jeu à 3 pour vérifier l’efficacité des exercices en situation d’agitation environnante.
  • Retour des dernières avancées scientifiques en neuroscience et l’influence de la méditation sur les mécanismes neuronaux et la plasticité du cerveau, l’influence des émotions sur le système cardio-vasculaire.
  • Rappel des différentes respirations mises en place au cours de la journée.
  • Méditation sans support : Il s’agit de demeurer dans un état de conscience non conceptuel invitant le sujet à se dés identifier de tout forme de manifestation dans l’espace de la psyché. C’est ainsi que se cultive « l’art du lâcher prise »
  • Bilan et évaluation de la journée.

Seconde journée

 

Matinée

  • Enseignement théorique des fondements de la pleine conscience et de la méditation
  • le rôle de l’intention dans l’auto régulation
  • La physiologie des émotions et du stress,
  • Le rôle de la pleine conscience en tant que base de la communication soignant-soigné,
  • La place de la bienveillance et de la compassion.

Après midi

  • Présentation des grands principes de la méditation.
    Chaque notion donne lieu au préalable à une pratique suivie d’un partage d’expérience et d’un temps de questions-réponses
  • Les 3 grands types de méditations :
    • La méditation du premier type SHAMATA , dite par attention focalisée, vise à apprivoiser et à centrer l’esprit sur le moment présent, tout en développant la vigilance.
    • Celle du deuxième type VYPASSANA, qu’on appelle méditation de pleine conscience ou de surveillance ouverte (parfois aussi conscience non réactive), cultive une conscience plus neutre des émotions, des pensées et des sensations, Dans cette pratique, le méditant demeure attentif à ses ressentis, sans se concentrer sur quelque chose en particulier.
    • Enfin, le troisième type de méditation PRESENCE BIENVEILLANTE permet de développer la compassion et de cultiver l’altruisme envers soi et envers les autres, réduisant ainsi la tendance à demeurer centré sur soi-même.
  • Définition des termes le plus couramment employés:
    attention, concentration, perception, respiration consciente, lien corps-esprit, mental, conscience, présence, éveil, équanimité, intention, lâcher-prise et acceptation, bienveillance, compassion.
  • Evaluation écrite et verbale